logo canson
logo canson

Tutoriels et conseils artistiques

Réaliser une gravure sur bois (xylogravure) : Cabanes de pêcheurs

Twitter icon

Notez cet article

Niveau : débutant

Temps estimé : 3 heures

Auteur : Julia Chausson
www.juliachausson.com

 

Envie de vous lancer dans la gravure sur bois comme Paul Gauguin, Félix Vallotton, Edward Munch, Hokusai ou Hiroshige ? En suivant ces étapes, vous pourrez réaliser votre première xylogravure… 

​Matériel :

Crayons : fusains fins (diamètre : 2 à 3 mm)

Papier : Canson® Barbizon

Accessoires :

  • du fixatif,
  • une plaque de médium (bois aggloméré),
  • des gouges (les gouges en forme de U sont plus faciles à utiliser),
  • un rouleau-encreur en caoutchouc,
  • des encres pour linogravure,
  • une plaque de plexiglas,
  • une spatule, une presse à épreuve ou une petite cuillère, ou bien un baren japonais (tampon plat recouvert de feuilles de bambou pour une impression à la main) 

 

Photographie : La profondeur de champ (PDC)

1. Le croquis

 

Réalisez un croquis au fusain, sur un papier au format de la plaque de bois. Faites un croquis en noir et blanc, avec des aplats et des graphismes variés (hachures, points, quadrillages, arabesques, motifs, etc.) tout en veillant à équilibrer les noirs et les blancs.

 

 

 

Conseil : la xylogravure permet un travail sur l’ombre et la lumière. Profitez-en ! N’hésitez pas à essayer, effacer et recommencer, pour obtenir un croquis pleinement satisfaisant.

 

Photographie : La profondeur de champ (PDC)

2. Le report du croquis sur la plaque de bois

 

Une fois le croquis achevé, posez-le face contre la plaque de bois.
Soulevez la feuille et vous verrez votre dessin apparaitre sur le bois.

N’hésitez pas à reprendre et améliorer votre dessin au fusain, directement sur le bois. Une fois cette étape terminée, fixez-le à l’aide d’une bombe à colle.

 

 

3. Graver le bois - La taille d’épargne - Creuser les parties claires du dessin.

 

Photographie : La profondeur de champ (PDC)Le choix du médium permet de graver dans toutes les directions, comme en linogravure. Sur un contreplaqué, la gravure se fait dans le sens de la fibre.

Vous pouvez commencer par vous exercer à manier les gouges sur une planche d’essai. En fonction de la pression de la main (franche, hésitante, tremblotante…) et de la manière de tenir les gouges, vous obtiendrez des tailles variées

 

 

 

Il s’agit de creuser autour du dessin qu’on souhaite obtenir.


Vous gravez le bois autour des traits de fusain. Tenez le pommeau de la gouge au creux de la paume, et maintenez la plaque de l’autre main.

Le geste de creuser se fait dans le prolongement de l’épaule. C’est votre plaque qui tourne.

Il n’est pas nécessaire de graver très profondément, tenez la gouge de telle sorte que la lame forme un angle assez réduit avec la surface de la planche.

 

Conseil : respectez scrupuleusement votre dessin, afin de conserver la gestuelle de vos traits.

 

Photographie : La profondeur de champ (PDC)

4. L’encrage

 

Une fois la plaque entièrement gravée, frottez-la à la brosse afin de la dépoussiérer.


Sur la plaque de plexiglas, déposez une noix d’encre que vous étalez à la spatule, afin de former « une réserve » de la largeur du rouleau-encreur. La spatule sert également à mélanger les couleurs.


Avec le rouleau, prélevez un peu d’encre dans la réserve. Puis, sur une zone propre du plexiglas, étalez l’encre prélevée afin qu’elle se répartisse en une fine pellicule homogène sur le rouleau. Encrez votre plaque de bois avec soin, dans toutes les directions et de façon uniforme. Aucune trace de rouleau ne doit être visible.

Conseil : Veillez à ne pas surcharger votre rouleau d’encre car vous boucheriez les creux de votre gravure.

 

Photographie : La profondeur de champ (PDC)

5. L’impression à la main, ou avec une presse.

 

Déposez une feuille de papier Canson® Barbizon sur le bois encré.


Puis à l’aide du dos d’une petite cuillère ou d’un baren japonais, exercez une pression sur toute la surface du bois. N’oubliez ni les bords, ni les coins !
On pourra également imprimer avec une presse typo ou une presse à épreuve. Soulevez le papier…

 

Photographie : La profondeur de champ (PDC)

6. C’est imprimé !

 

Il y a toujours des surprises en soulevant le papier. Bonnes ou mauvaises ! Ce tirage est une première épreuve : l’épreuve d’essai.
N’hésitez pas apporter toutes les corrections et améliorations que vous jugerez nécessaires.
Certains graveurs peuvent passer par une trentaine d’états avant d’être satisfait.
Bien sûr, vous pouvez encore creuser le bois. En revanche, il est impossible de combler de malheureux coups de gouge. Mais on tire souvent profit de ses erreurs !

Photographie : La profondeur de champ (PDC)

7. Le séchage

 

En fonction de l’encre utilisée, le tirage sèchera plus ou moins vite.

Cette matrice en bois permet de tirer l’image à plusieurs exemplaires. On peut changer de couleur, après avoir nettoyé la plaque de bois à sec, en frottant avec du papier absorbant.

En gravure sur bois, il faut graver un bois par couleur. Aussi pour ajouter une couleur, on gravera un second bois. (Voir Astuce de pro : Repérages pour graver un second bois)

Produits conseillés

Canson® Barbizon


A lire aussi

Les différentes techniques de la gravure
La gravure est une technique qui consiste à réaliser des tailles en creux sur le métal avec un outil ou un mordant (un acide) sur une plaque de métal. C’est cette dernière qui sera encrée puis essuyée et passée sous presse. Son impression sur papier est appelée gravure. On la reconnait à l’empreinte en creux (« cuvette ») laissée sur le papier par la pression exercée par la presse lors du tirage.
Le réglage de la presse pour la gravure.
Le réglage de la presse est un moment important de la préparation à l’impression. La qualité des tirages dépend aussi du réglage de la pression sur la presse taille douce.