logo canson
logo canson

Tutoriels et conseils artistiques

Olivier Desvaux : «Je suis un contemplatif !»

Twitter icon

Notez cet article

Huile : Olivier DesvauxIllustrateur, Olivier Desvaux se consacre aujourd'hui davantage à la peinture. Coloriste né, il fait confiance à l'huile pour retranscrire avec fidélité la beauté des paysages qui l'entourent.

 

L'illustration était-elle pour vous une vocation ?

Dès le collège, j'avais la certitude que je ferai de la peinture et du dessin mon métier. Comme j'aimais aussi beaucoup raconter des histoires, j’ai opté pour l'illustration. Un an après mes débuts professionnels, je signais mon premier contrat avec un éditeur.

 

Depuis, vous vous êtes tourné vers la peinture...

C'est un voyage au Maroc, aux côtés d'un ancien camarade d'école, qui m'a décidé à me consacrer davantage à la nature et aux scènes de vie. Nous avons sillonné l'Atlas en bus et dormi chez des Berbères. C'est à cette occasion que le décorateur Jacques Garcia nous a commandé des peintures pour décorer une suite de La Mamounia, à Marrakech.

 

Qu'est-ce qui vous anime ?

Ce que j'aime, c'est traduire une ambiance, choisir les bonnes associations de tons et de couleurs. Je suis un contemplatif ! Les paysages me fascinent : j'essaye de les saisir, puis de me les approprier. Proche des impressionnistes, je suis également très touché par Ingres et David. En fait, j'essaye de marier la technique des Anciens avec le monde d'aujourd'hui, notamment à travers mes paysages industriels. Je travaille en atelier : je pars de croquis peints en extérieur que je traduis ensuite à ma façon dans des formats beaucoup plus grands.

 

Concrètement, comment donnez-vous vie à vos paysages ?

Dans la nature, le blanc pur n'existe pas : le filtre de la lumière vient toujours teinter le paysage. Je pars donc toujours sur un fond coloré que je choisis en fonction de mon sujet. J'installe ensuite très légèrement la composition dans ma toile avec un jus ton sur ton, avant de passer à la couleur. Je fais mes propres mélanges à partir des couleurs primaires. C'est un travail de longue haleine : il m'arrive de mettre une heure pour comprendre une nuance, trouver la bonne teinte !

 

Formé à l’École Nationale Supérieure des Art Décoratifs de Paris, Olivier Desvaux est dessinateur de presse (Ça m'intéresse, Famille ChrétienneMagazine littéraire, Bayard Presse). Il a également publié quatre livres jeunesse :

  • Il voulait qu’on l’appelle Guignol (éditions Petit à petit, 2007)
  • Le bonheur est dans le pré et Gustave et le cerf-volant (éditions Gautier Languereau, 2007)
  • Le jour avant le lendemain (texte de Jorn Riel, éditions Sarbacane, 2008)
  • Croc-Blanc (texte de Jack London, éditions Gründ, 2009)

Second accessit au concours général des Arts Plastiques en 1999, il a remporté le premier prix du concours de peinture en plein air de France Galop à l’hippodrome de Deauville en 2006 et 2007.

http://www.olivierdesvaux.blogspot.com

 

Huile : Olivier DesvauxHuile : Olivier Desvaux

 

Produits conseillés

Canson® Figueras®


A lire aussi

Peindre une nature morte à l'huile : la tasse à café
Peindre une nature morte à l'huile : la tasse à café
Pour débuter à la peinture à l’huile, cet exercice est un incontournable ! Il vous permettra d’aborder trois notions fondamentales...